PDF

Belberaud, Territoire Engagé pour la Nature

TERRITOIRE ENGAGÉ POUR LA NATURE

 

Les dernières données sur l’état de la biodiversité en France le montrent : la biodiversité va mal. En France, 18 % des espèces sont éteintes ou menacées et 78 % des habitats sont dans un état de conservation défavorable. La destruction des milieux, les pollutions, la surexploitation des espèces, les dérèglements climatiques mettent en péril notre avenir et coûtent de plus en plus cher à nos sociétés.

La biodiversité, c’est l’ensemble des êtres vivants et des interactions, entre eux et avec leur milieu. Sans en avoir toujours conscience, l’Humanité a fondé son économie et son bien-être sur la biodiversité. Elle dépend donc fortement d’elle.

 

Pour faire face à l’urgence et au défi de la reconquête de la biodiversité, les territoires locaux sont l’échelon le plus pertinent pour insuffler l’énergie nécessaire et fédérer les acteurs régionaux. La mobilisation s’organise avec le programme « Territoire engagé pour la nature» qui a pour ambition de faire émerger, reconnaître et accompagner des plans d’actions en faveur de la biodiversité portés par les collectivités.

« Territoire engagé pour la nature » est un programme conjoint du ministère de la Transition écologique et de Régions de France. Il est porté par l’Office français de la biodiversité et par des collectifs régionaux dans chacune des régions volontaires dont la région Occitanie.

 

Pour s’inscrire et obtenir la reconnaissance « Territoire engagé pour la nature », une collectivité doit formaliser un plan d’action pluriannuel pour la biodiversité.

Ce plan d’action doit :

  • rassembler l’ensemble des services de la collectivité et les acteurs du territoire,
  • contenir des objectifs de résultat et prévoir un suivi de la mise en œuvre des actions et de leurs impacts,
  • conduire à des effets positifs,
  • contribuer à la mise en œuvre des outils d’action publique régionaux et nationaux.

 

La commune de Belberaud a souhaité concourir pour obtenir l’adhésion à ce programme en proposant 3 actions à mener pendant 3 ans. Le projet déposé a permis la reconnaissance de notre commune comme Territoire engagé pour la nature pour la période de 2022 à 2024.

Les 3 actions proposées sont :

 

Action 1 , aménagement du chemin de la Bécasse

Le village de Belberaud possède dans son centre un chemin de randonnée de 850 m de long qui aujourd’hui ne dispose d’aucun aménagement. Il est emprunté par des randonneurs, des Belberautins mais aussi par des engins agricoles pour la culture des champs limitrophes. Il est bordé également par des maisons d’habitation.

Nous avons souhaité aménager ce chemin afin de le rendre plus agréable à cheminer mais également pour parfaire sa biodiversité, poursuivre sa continuité écologique et en faire une vitrine de la biodiversité du village, un support d’information de cette biodiversité.

L’équipe municipale a souhaité travailler à cet aménagement dans une démarche de participation citoyenne.

Ce projet, abouti au printemps 2022, est décrit dans la page correspondante de ce site.

Actions 2, plantations de haies et d’arbres

 Belberaud est sillonné par plusieurs chemins ruraux dont certains sont des sentiers de randonnées comme le sentier de la Bécasse. Ces sentiers sont empruntés par les Belberautins mais aussi par les agriculteurs pour les travaux agricoles. Très peu de haies les longent ce qui déséquilibre la biodiversité, interrompt les jonctions ou corridors écologiques, affaiblit les talus et donne une image morne au paysage. Un dialogue constructif est à engager avec les agriculteurs afin de pouvoir planter des haies sans perturber le travail agricole et ne pas leur ajouter des travaux d’entretien excessifs.

 

Certains espaces verts municipaux, comme le parc des sports, les abords des ateliers municipaux, de la mairie sont peu arborés. La plantation d’arbres et de haies permettront d’apporter de la biodiversité locale. La plantation d’arbres fruitiers permettra également de satisfaire certains Belberautins cueilleurs de fruits.

 

Arbres et Paysages d’Autan, ainsi que le service des espaces verts du SICOVAL et de la mairie sont des partenaires incontournables dans cette action pour le choix des espèces locales à planter et leur expertise. Une collaboration avec Climat Local, société coopérative d’intérêt collectif toulousaine, est envisagée afin de pouvoir se rapprocher d’entreprises de préférence du SICOVAL par leur intermédiaire et ainsi pouvoir avoir accès à leur projet de compensation carbone.

 

La plantation des arbres se fera avec les Belberautins par un appel à volontariat. Les enfants de l’école, du centre de loisirs, seront appelés également à participer en particulier par un programme de parrainage, un enfant/un arbre. Chaque enfant sera parrain d’un arbre, participera à sa plantation et suivra son évolution. Une préparation au monde végétal sera dispensée dans le cadre de l’ALAE afin de sensibiliser les enfants à ce programme et les informer.

 

L’objectif est de planter au moins 100 mètres linéaires par an de plantes, soit au moins 300 m pour la durée du programme.

 

 

Actions 3, installations d’abris pour animaux

L’installation d’abris pour animaux se fera dans le village au-delà du chemin de la Bécasse.

 

Une première action a été menée en 2021 en collaboration avec un ornithologue amateur et les enfants de l’école dans le cadre de l’ALAE : la réalisation de 2 nichoirs pour effraies des clochers et leur installation au clocher de l’église.

Dans un premier temps, une information sur les rapaces nocturnes et sur l’effraie des clochers a été dispensée à toutes les classes de l’école afin de leur présenter les oiseaux, leurs modes de vies, apprendre à les reconnaître par leurs chants et étudier leurs pelotes de réjections. Les enfants ont ensuite assemblé les nichoirs préalablement préparés par le service technique et les ont décorés. Ces nichoirs ont été installés ensuite dans l’église du village à proximité d’au moins une effraie préalablement repéré. Un suivi par caméra est prévu dans le cadre de l’ALAE afin de fournir des connaissances supplémentaires sur cet animal aux enfants.

 

Nous souhaitons développer l’installation de nichoirs pour les rapaces nocturnes, espèces menacées et protégées. Un inventaire de chevêches a été entrepris dès cette année sur la commune afin de les identifier, puis les localiser et ainsi leur proposer un abri adapté afin de participer à leur protection et au développement de l’espèce. En 2022, d’autres espèces de rapaces nocturnes comme la hulotte, le moyen duc feront l’objet de la même démarche. Le travail sur la chevêche sera également poursuivi.

L’inventaire réalisé sur le chemin de la Bécasse permettra dans un premier temps une connaissance de la faune locale. Cette démarche sera progressivement étendue à l’ensemble du village et la consultation d’experts locaux comme des ornithologues amateurs, d’apiculteurs mais aussi l’association municipale des chasseurs permettra une meilleure connaissance des espèces animales présentes sur notre territoire, leurs localisations et leurs faiblesses dans leurs habitats. Cet inventaire concernera les espèces animales, oiseaux, insectes (abeilles solitaires en particulier), chauves-souris, hérissons... Sur la base de ces informations, des abris d’animaux seront posés en fonction des populations d’animaux et des faiblesses de leurs habitats. Ce travail sera complété par l’Atlas sur la Biodiversité communale.

 

Les Belberautins, ainsi que les enfants des écoles, dans la même démarche que celle suivie pour les effraies des clochers participeront à cette action. Des compétences pour la construction d’abris ont été identifiées dans le village et des ateliers, auprès des enfants mais aussi des adultes, seront mis en place pour la fabrication des abris. Un programme de parrainage un enfant/ un abri pourra également être mis en œuvre.

 

L’objectif est la pose d’au moins 20 abris par an soit, au moins,  60 abris sur la durée du programme.